Veuillez utiliser cette adresse pour citer ce document : http://hdl.handle.net/123456789/622
Titre: APPORT DE L’ANALYSE PIEZOMETRIQUE DANS L’ETUDE DES FUITES DU BARRAGE VOUTE A ASSISES CALCAIRES DE FOUM EL GHERZA, BISKRA, ALGERIE
Auteur(s): LABADI, A
ACHOUR, S
Mots-clés: Barrage
fuite
milieu fissuré
calcaire
piézomètre
écran d’étanchéité
Date de publication: 30-déc-2013
Résumé: Le barrage voûte de Foum El Gherza (Algérie) a été construit dans les années 50 dans une région calcaire caractérisée par un climat aride à semi aride. Une étude dans les années 60 a estimé les pertes par fuites entre 2 Millions et 10 Millions de m3 et a mis en évidence une loi puissance entre la côte d'eau par les débits des fuites. En moyenne l’infiltration est de 5 Millions de m3, ce qui est énorme si l’on considère que le barrage n’apporte qu’une ressource en eau de l’ordre de 13 Millions de m3 par an. Les sondages de reconnaissances, par l’observation des carottes et la mesure des pertes d’eau en cours de forage, ont confirmé que l’assise calcaire du Maestrichtien était fissurée sur toute son épaisseur (100m). Cet état de fait à nécessité la réalisation d’un écran d’étanchéité jusqu’au substratum marneux et décomposé en un voile sous le barrage et la culée, un voile au large rive gauche et un voile au large rive droite. Un dispositif de piézomètres (Amont - Sur voile - Aval) et de points de jaugeage des fuites a été mis en place dans le but de contrôler les circulations et l’état du rideau d’étanchéité. Le présent travail repose sur l’analyse de la variation des niveaux piézométriques et des débits de fuite en fonction de la côte du lac comme éléments d’auscultation et de surveillance du barrage. En effet, l’étude a permis de mettre en évidence l’existence de directions privilégiées de circulation des eaux au sein du massif calcaire avec une variation spatiale du degré de fissuration. L’augmentation spatio-temporelle des débits de fuite depuis la réalisation du barrage démontre que le voile d’étanchéité ne joue plus son rôle. Néanmoins, la circulation d’eau dans les calcaires ne risque pas de compromettre la stabilité de l’ouvrage, mais risque de rendre illusoire l’étanchéité de la retenue.
URI/URL: http://hdl.handle.net/123456789/622
Collection(s) :CS N 11

Fichier(s) constituant ce document :
Fichier Description TailleFormat 
25-32.pdf300,83 kBAdobe PDFVoir/Ouvrir


Tous les documents dans DSpace sont protégés par copyright, avec tous droits réservés.