Veuillez utiliser cette adresse pour citer ce document : http://hdl.handle.net/123456789/147
Titre: LA PROBLEMATIQUE DE L’EAU EN ALGERIE DU NORD
Auteur(s): REMINI, B
Mots-clés: Algérie- Eau- Barrages - Stratégie
Date de publication: 23-déc-2013
Résumé: L’eau est menacée dans sa qualité et dans sa quantité. Malgré la construction de nouveaux barrages et le recours au dessalement, l’Algérie enregistrera un déficit en eau de 1 milliard de m3 d’ici l’an 2025. La seule région qui semble échapper au déficit à cet horizon, est la région hydrographique du Constantinois – Seybouse - Mellègue, sachant qu’elle était déficitaire à l’horizon 2000 et a pu résorber ce déficit grâce au volume régularisable élevé assuré par les barrages en construction. A titre d’exemple, le barrage de Beni Haroun permet de régulariser un volume de 432 millions de m3. Les régions de l’Algérois- Soummam- Hodna et l’Oranie-Chott - Chergui sont déficitaires, ce qui a engendré une diminution des eaux destinées à l’irrigation dans le but de privilégier l’alimentation en eau potable (A.E.P) dans ces régions. Ce déficit sera beaucoup plus accentué au niveau des régions de Cheliff-Zahras et de l’Algérois-Soummam-Hodna à l’horizon 2025. La confrontation entre ressources - besoins est un indicatif révélateur et très significatif qui nous oriente quant à l’avenir de la politique de l’eau que nous menons afin d’atténuer l’effet du déficit. Il est clair que l’Algérie du nord enregistre d’un coté, un manque énorme en ressources au moment même ou les besoins augmentent et d’un autre coté, le volume d’eau mobilisable est en diminution. Ceci est dû aux différents problèmes naturels ou humains qui touchent les sites susceptibles de capter les eaux...
URI/URL: http://hdl.handle.net/123456789/147
Collection(s) :Journal N 08

Fichier(s) constituant ce document :
Fichier Description TailleFormat 
2.remini_vf.pdf168,76 kBAdobe PDFVoir/Ouvrir


Tous les documents dans DSpace sont protégés par copyright, avec tous droits réservés.